Il peut être difficile de trouver le bon psychologue .

Nous avons développé cette page afin de vous aider à vous y retrouver.

Quand envisager la psychothérapie?

Vous devriez envisager la psychothérapie lorsque:

  • Vous ressentez un sentiment d'impuissance important et prolongé et/ou de la tristesse, et votre situation ou votre état ne semble pas s'améliorer malgré vos efforts et l'aide de la famille et les amis.
  • Vous vous sentez anxieux ou avez des rituels, des inquiétudes ou des craintes qui compliquent votre routine quotidienne.
  • Vous éprouvez des difficultés à réaliser des activités quotidiennes. Par exemple, vous êtes incapable de vous concentrer au travail ou à l'école, et votre performance et votre santé en souffrent.
  • Vous vous inquiétez beaucoup ou vous vous sentez irritable.
  • Vous avez été victime ou témoin d’un évènement potentiellement traumatisant.
  • Vos actions ont des conséquences négatives pour vous-même ou pour autrui (par exemple, consommer trop d'alcool, abuser de drogues ou stimulants, ou avoir des crises de colère).
  • Vous avez des difficultés sexuelles ou avez des questions ou des inquiétudes au sujet de votre vie sexuelle ou de votre orientation sexuelle.
  • Vous avez besoin d'aide pour faire face à des changements ou des transitions dans votre vie (par exemple, la retraite, un divorce, un changement de profession, etc.).

Est-ce que la psychothérapie est efficace?

La psychothérapie est sans aucun doute l'une des interventions qui a été le plus étudiée. Les preuves dérivées de la recherche scientifique sont claires et sans ambiguïté: la psychothérapie est efficace. Cependant, comme pour tout autre traitement, cela ne signifie pas qu’elle est efficace pour toutes les conditions et en toutes circonstances. Par exemple, dans certains cas, il peut être plus approprié de recommander un médicament ou une combinaison de médicaments et de psychothérapie, ou le meilleur plan d'intervention pourrait être de mettre en œuvre un programme d’auto-soins supervisés (par exemple la bibliothérapie ou la thérapie assistée par ordinateur) ou d'autres formes d’interventions de plus faible intensité selon un modèle de soins par paliers d'intervention (ou par étapes).

Votre psychothérapeute, psychologue ou médecin doit être au courant de ces modèles et pouvoir vous expliquer quelle intervention est plus susceptible de produire les résultats que vous recherchez.

Qui peut offrir de la psychothérapie au Québec?

Au Québec, la psychothérapie est règlementée par le « projet de loi 21 » qui stipule que seuls les psychologues et les médecins peuvent offrir de la psychothérapie.

D’autres professionnels comme les travailleurs sociaux, les thérapeutes familiaux, les conseillers d'orientation, les infirmières et les ergothérapeutes peuvent également offrir de la psychothérapie s’ils détiennent un permis d’exercice livré par leur ordre professionnel ainsi qu’un permis de psychothérapie émis par l'Ordre des psychologues du Québec.

La psychothérapie et la psychologie vous intéressent? Lisez le blogue de Médipsy (Anglais/Français) ou celui de Qualaxia (Français)!

Quel professionnel choisir?

Si vous cherchez à débuter une psychothérapie, garder à l'esprit que la recherche scientifique est importante, surtout en clinique. Les cliniciens détenant un doctorat ont une formation poussée en recherche. En 2006, le Québec a harmonisé ses critères de formation pour la psychologie avec ceux d'autres provinces canadiennes et exige depuis un doctorat pour devenir psychologue. Les docteurs en psychologie ont complété entre 8 et 11 ans de formation universitaire, selon leur spécialité (comparativement aux psychologues ayant une maitrise et ayant ainsi complété 5 années de formation universitaire). Seuls les psychologues ayant un doctorat peuvent être membres à part entière de l'American Psychological Association, et la Société Canadienne de Psychologie (SCP) a statué que le doctorat doit être le diplôme d'entrée dans la profession partout au Canada. La SCP stipule également que, au Canada, le doctorat est le diplôme qui est nécessaire pour exercer la psychologie et que le doctorat constitue la meilleure formation pour l’exercice professionnel.

Selon la Société de Psychologie Clinique de l'American Psychological Association, si vous cherchez un traitement pour un trouble particulier, vous devriez rencontrer des thérapeutes potentiels jusqu'à ce que vous en trouviez un qui offre un traitement qui a été démontré efficace par la recherche scientifique. Si vous avez déjà fait une psychothérapie mais sans succès, il est par ailleurs recommander d'envisager une thérapie démontrée efficace par la recherche. Vous devriez toujours choisir un professionnel avec qui vous vous sentez à l'aise.

Si vous recherchez de l'aide professionnelle pour des difficultés sexuelles, il serait bénéfique de rencontrer un sexologue membre de l’Ordre des sexologues du Québec, ce professionnel ayant complété 5 années de formation entièrement dédiées au traitement des difficultés sexuelles.

Si vous êtes à la recherche d'un professionnel pour procéder à une évaluation ou des tests psychologiques ou neuropsychologiques (par exemple, le QI, l'évaluation cognitive, la dyslexie, le TDA/H, etc.), nous vous recommandons de faire affaire avec un psychologue ou neuropsychologue détenant un doctorat et se spécialisant en matière d’évaluations. Des informations simples et faciles à comprendre sur les tests psychologiques et neuropsychologiques peuvent être obtenues sur ce site.

Si vous avez besoin d'un diagnostic formel pour un trouble mental (par exemple, la dépression majeure), vous devriez voir un médecin (médecin de famille, psychiatre ou pédiatre) ou un psychologue, ayant de préférence un doctorat, ces évaluations étant réservées par la loi à certains groupes de professionnels.

Comment éviter les problèmes?

Si vous cherchez à débuter une psychothérapie, vérifiez d'abord que le personne que vous consultez a un permis d’exercice émis par un ordre professionnel. Si vous êtes au Québec et que la personne de qui vous recevez des services de psychothérapie n’est pas membre d'un ordre professionnel ou n'a pas l'autorisation d'exercer la psychothérapie émise par l'Ordre des psychologues du Québec (OPQ), vous n'êtes pas protégé et risquez ne pas avoir de recours s’il y avait un problème (à moins bien sûr que vous entrepreniez des procédures légales, à vos frais, devant un tribunal civil). Vous pouvez trouver une liste des ordres professionnels reconnus sur le site de l'Office des professions du Québec.

Plusieurs titres sont utilisés et annoncés dans le domaine de la santé mentale et dans les différents domaines des relations humaines. Plusieurs de ces titres ne sont pas règlementés au Québec, y compris par exemple psychosociologue, coach, thérapeute (et des titres connexes ou similaires comme psychanalyste, thérapeute en relation d'aide, art-thérapeute, hypnothérapeute, psychodramaticien, thérapeute cognitif, etc.), pour ne citer que ceux-là. Dans certains cas, ces titres non réglementés renvoient à des activités qui ne sont pas considérés comme de la psychothérapie au sens du projet de loi 21. Par exemple, un coach peut vous aider à améliorer votre potentiel et avoir un effet important sur la façon dont vous gérez vos différentes responsabilités au travail (souvent appelé coaching exécutif), ou un art-thérapeute peut offrir de l’art-thérapie à un enfant ayant une déficience intellectuelle afin de l'aider à s’exprimer d'une manière nouvelle. Le projet de loi 21 ne s’applique pas dans ces situations, ces services n’étant alors pas considérés comme de la psychothérapie. Une liste de quelques-unes des activités qui peuvent être confondues avec la psychothérapie, mais qui ne sont pas de la psychothérapie selon le projet de loi 21, peut être trouvée sur le site de l'OPQ.

D'autres fois, cependant, ces titres non réglementées sont utilisées pour indiquer un domaine de spécialisation en psychothérapie (par exemple, un psychologue peut annoncer qu'il ou elle est aussi un psychologue cognitif-comportemental, ce qui indique aux clients potentiels qu'il est un psychologue et que la modalité thérapeutique qu'il utilise est la psychothérapie cognitive-comportementale). Ceci se fait parfois à des fins de publicité, par exemple. Si ce que vous souhaitez ou dont vous avez besoin est une psychothérapie telle que définie dans le projet de loi du 21, et que le professionnel que vous vous apprêtez à rencontrer utilise un titre non réglementé, assurez-vous qu'il a aussi un titre professionnel reconnu comme médecin ou psychologue, ou un permis de psychothérapeute valide émis par l'Ordre des psychologues. Selon la loi, le titre de «psychothérapeute» ne peut pas être utilisé seul. Un psychothérapeute qui utilise le titre de «psychothérapeute» doit nécessairement faire preceder ce titre de celui associé a son ordre professionnel (par ex., infirmière, psychothérapeute); les psychothérapeutes qui ont acquis un droit d'exercer par l'intermédiaire de la clause grand-père du projet de loi 21 et qui ne sont pas admissibles à devenir memebres d’un ordre professionnel doivent indiquer leur diplome et discipline devant le titre de «psychothérapeute» (par exemple : Maîtrise en art thérapie, psychothérapeute ; ou M.A. en counseling, psychothérapeute).

Il faut toujours rester vigileant face aux différents titres qui sont utilisés, car ils peuvent parfois être trompeurs. En cas de doute, contactez l'Ordre des psychologues du Québec. Avant de rencontrer un professionnel, appelez son ordre professionnel et demander si il a un permis valide et s’il a déjà fait l’objet de sanctions ou de plaintes. Si ce professionnel n’est pas psychologue ou médecin, vous devez appeler à la fois son ordre proefessionnel et l'Ordre des psychologues du Québec afin de vous assurer qu’il détient également un permis valide pour l'exercice de la psychothérapie.

Malheureusement, tous les professionnels, même ceux qui ont un permis de pratique valide, n’utilisent pas les meilleures pratiques. Demandez à votre professionnel de la santé mentale s’il y a des preuves scientifiques à l'appui de l’approche qu’il vous recommande. Vous pouvez également poser des questions sur les méthodes et techniques qu’il ou elle se propose d’utiliser (voir ci-dessous : Que dois-je demander à mon professionnel de la santé mentale lors de notre première rencontre?). Quoique rare, certains offrent encore aujourd’hui des thérapies « bidon », sans fondement scientifique, développées à partir de théories aussi non-fondées. Plusieurs offrent par ailleurs des thérapies qui n’ont pas été démontrées efficaces.

Que dois-je demander à mon professionnel de la santé mentale lors de notre première rencontre?

Rappelez-vous: vous avez le droit de poser des questions!

  • Quels sont vos domaines d'expertise (par exemple, enfants, adultes, etc.)?  Il peut être sage de rester à l'écart d'un professionnel qui revendique une expertise en tout ou dans plusieurs domaines.  De nombreux cliniciens sont en mesure d'offrir d'excellents services à différents groupes d'âge, ou pour une variété de problèmes similaires ou liés.  Toutefois, si le professionnel que vous voyez prétend avoir une expertise dans la psychothérapie, le coaching, l'intervention de crise, la psychologie organisationnelle, etc., vous devriez être vigilants et lui demandez lequel est son principal domaine de compétence, ou vous devriez tout simplement vous trouver un autre professionnel.
  • Je me sens anxieux/tendu/déprimé/etc. et/ou j’ai des problèmes avec mon travail/mon mariage/mon sommeil/etc.). Quelle expérience avez-vous pour aider les gens aux prises avec ce type de difficultés?  L’un des facteurs les plus importants pour développer une véritable expertise en tant que professionnel est l'exposition clinique. Afin de développer une expertise dans un domaine, un clinicien doit avoir l'occasion de travailler dans ce domaine.  Demandez à votre médecin, psychologue, ou psychothérapeute combien de cas comme le vôtre il ou elle a vus et traités, et comment il saura que l’intervention qu’il vous offre aura été efficace (voir ci-dessous).
  • Qu'en est-il du diagnostic?  Il y a des situations ou des cas pour lesquels un diagnostic ne sera pas nécessaire ou utile.  Un professionnel devrait être en mesure de vous expliquer ceci  en des termes simples et directs.  Cependant, certaines compagnies d'assurance peuvent demander un diagnostic formel pour le remboursement des services de psychothérapie.  Au Québec, seuls les psychologues et les médecins peuvent diagnostiquer les troubles mentaux.  D'autres professionnels, par exemple les conseillers d'orientation, peuvent également diagnostiquer les troubles mentaux s’ils ont un permis spécial pour le faire.  Assurez-vous de demander à votre professionnel s’il ou elle est légalement autorisé à diagnostiquer les troubles psychologiques ou mentaux.  Le plus simple est de choisir un professionnel qui peut à la fois diagnostiquer et traiter, comme un docteur en psychologue ou en médecine.
  • Qu’en est-il des preuves scientifiques?  Plusieurs cliniciens vous offriront un type particulier de psychothérapie simplement parce que c’est ce qu'ils connaissent et peuvent offrir.  D'autres prétendront que tout ce qui compte est l'alliance thérapeutique (la relation qu'ils établissent avec vous).  La recherche a en effet démontré que l'alliance est un prédicteur robuste de l’efficacité d’une psychothérapie; cependant, ce n’est pas la seule chose qui compte - l'alliance est un facteur nécessaire, mais non un facteur suffisant pour que le traitement mène à une issue positive.  Prétendre que tout ce qui compte est l'alliance ne constitue pas une raison valable pour offrir n’importe quel type de psychothérapie.  Si vous recherchez un traitement pour un trouble spécifique, demandez à votre psychothérapeute quelles preuves existent à l'appui de la thérapie qu’il ou elle propose, et demander lui où vous pouvez trouver cette documentation par vous-même.
  • Qu'en est-il des guides de pratique clinique?  Il est courant pour les cliniciens de prendre des décisions et de faire des recommandations fondées uniquement sur leur intuition.  La production de guides cliniques en psychologie est relativement récente et, malheureusement, peu de cliniciens sont familiers avec eux. Vous devriez demander à votre psychothérapeute quelles guides cliniques s’appliquent à votre situation.  Les institutions qui développent des lignes directrices (par exemple, NICE, INESSS) ont parfois une version de leur guide pour le grand public. Demandez à votre psychothérapeute si tel est le cas pour votre situation ou votre problème, et demandez-lui où vous pouvez trouver ces guides cliniques.
  • Quels sont les avantages et les inconvénients de la psychothérapie que vous me recommandez?  Quelques inconvénients possibles peuvent inclure la durée, le coût, le manque de preuve scientifique, ou un faible taux de réussite.  Ce sont des considérations que votre psychothérapeute devrait être en mesure de vous expliquer d'une manière claire et simple.
  • Combien de temps durera la psychothérapie et quel en sera le coût?  Il est très difficile de déterminer à l'avance le nombre de séances qui seront nécessaires pour une personne donnée; vous devrez donc être flexible.  Cela dit, demandez à votre psychologue, médecin, ou psychothérapeute si des études ont été faites concernant le traitement qu’il vous propose.  Il doit être au courant de la recherche et être en mesure de vous donner une idée de ce que les études indiquent en termes de durée de traitement par rapport à l'évolution naturelle de la maladie lorsqu'elle n’est pas traitée.
  • Comment saurons-nous si la psychothérapie a été efficace?  Des études démontrent que le jugement clinique seul ne suffit pas pour détecter les problèmes en cours de psychothérapie ou pour prédire l’issue du traitement. Les études démontrent aussi que les cliniciens ne sont pas en mesure de détecter quand un patient n’est pas sur la bonne voie, et ne parviennent souvent pas à reconnaître les échecs thérapeutiques.  Votre psychothérapeute doit utiliser des mesures de suivi des progrès qui sont valides pour documenter les changements dans votre fonctionnement ou votre état.  Demandez à votre psychologue ou psychothérapeute s’il ou elle documente vos progrès avec une méthode établie et valide.  Le Groupe de Recherche sur la Psychothérapie de McGill a une page web qui décrit les principales méthodes de suivi en continue pour la psychothérapie.

Les frais liés à la psychothérapie

La psychothérapie n’est généralement pas couverte par l'assurance-maladie du Québec. Cependant, il y a des exceptions à cette règle. Par exemple, dans certaines situations, les coûts d’une psychothérapie peuvent être couverts par la SAAQ si vous avez été impliqué dans un accident de voiture, par la CSST si vous avez eu un accident du travail, ou par IVAC si vous avez été victime d'un acte criminel.  Les personnes des Premières nations ou des Inuits peuvent aussi avoir accès à la psychothérapie gratuitement via des prestations de santé fédérales.  Plusieurs compagnies d'assurance offrent également une couverture pour les services de santé mentale, y compris pour la psychothérapie.  Communiquez avec votre compagnie d'assurance pour savoir si la psychothérapie est couverte et, si oui, comment bénéficier de ces avantages.  Demander également combien de séances sont couvertes et/ou quel est le montant maximum de remboursement pour une année donnée.  Enfin, assurez-vous de demander quels sont les professionnels couverts par votre régime d'assurance; la plupart des compagnies d'assurance couvrent le coût des services fournis par un psychologue, mais pas par un psychothérapeute.

Si vos fonds sont limités, vous pouvez également choisir de voir un stagiaire en psychothérapie.  Ces stagiaires sont généralement des doctorants en psychologie (donc en voie de compléter leur doctorat) qui ont un permis pour l’exercice, sous supervision, de la psychothérapie.

L'accès à la psychothérapie reste un défi majeur pour ceux qui ne disposent pas des ressources financières nécessaires.  C’est pour cette raison que différents groupes tels que le MPPRG, Médipsy et le CAP, pour ne citer que ceux-là, font la promotion d’un plus grand accès à la psychothérapie pour les personnes dans le besoin.

Quelques vidéos pour vous aider à y voir plus clair…

Vous pouvez trouver des informations additionnelles sur la santé mentale sur le site des Services Psychologiques Médipsy

Médipsy est situé au 4610 Ste. Catherine Ouest à Montréal (Westmount). Ils sont aussi sur FACEBOOK, YOUTUBE, GOOGLE+ et FOURSQUARE!

La psychothérapie et la psychologie vous intéressent? Lisez le blogue de Médipsy ou celui de Qualaxia!